L'histoire de notre association remonte à l'année 2004...
 

   Vu le nombre croissant des ressortissants camerounais à Germersheim, Marie-Florence Fouda a eu l'idée de créer une rencontre afin d'établir un contact permanent et fraternel tel que nous le connaissons au Cameroun entre ces derniers mais surtout de les rassembler. C'est ainsi qu'avec le soutien de Joyce Noufélé a vu le jour en mars 2004 la première rencontre qui devait aboutir à CCG e. V.

   Dès le depart, les Camerounais et leurs amis ont montré un très grand enthousiasme, on a tout de suite eu l'impression qu´une telle association était très attendue de tous.

   Les activités se résumaient alors à diverses rencontres d´échanges culturels mais aussi et surtout  à l'assistance “sociale” mutuelle au sein du groupe, une valeur que les fondatrices tenaient à imposer au sein de la communauté.

   La CCG e.V. a connu beaucoup de phases et traversé beaucoup de périodes pendant lesquelles son sort n´était pas clairement défini, jusqu'à ce qu'une vague de renouveau menée par Alain Djossa, Edouard Okala (tout premier président de l'association) et Nathalie Iyabi expriment la ferme volonté de changer les choses. Grâce au véritable travail de sensibilisation effectué par des membres motivés et dévoués tels que Yvette Nguele, l'idée de la légalisation de la rencontre auprès des autorités municipales s´est imposée sans trop de difficultés. C'est alors qu'a débuté un long processus de légalisation accumulant démarches sur démarches, pour qu'enfin arrive, en mai 2008, l'aboutissement des efforts multipliés de nos confrères Elvis Tchapchet, Nathalie Iyabi, David Ngolle, sans oublier toutes les équipes que nous n'allons pas citer en détail.

   La saga de la CCG e. V. a continué avec un bureau mené par son très dynamique président, William Sandjoh, qui a apporté un nouveau souffle à l'association.


   Président de la CCG de 2013 à 2015, David Ngolle a décidé d'introduire les Opens internal link in current windowvaleurs Mbake. Après un départ difficile, tous les membres de la CCG ont reconnu et accepté ces valeurs. Ils ont rejeté l'amateurisme pour promouvoir le professionnalisme à tous les niveaux, notamment dans l'organisation des événements "CCG Rhein-Mini-Marathon", "Straßenfest" et "Festungsfest". C'était le début de la professionnalisation de notre association.


   Nous espérons que la CCG e. V. continuera de prospérer et que les fondations solides que nous devons à la pugnacité de tous les membres et sympathisants serviront aux “petits frères”.

   Merci de visiter notre page internet et de participer à nos activités.
 

   L'équipe de rédaction

To top

Die Zukunft der CCG e.V. war lange unklar bis neue motivierte Leute wie Alain Djossa, Edouard Okala - erster Vorsitzende des Vereins - und Nathalie Iyabi den starken Wunsch äußerten, den Kurs zu wechseln.

Dank der Sensibilisierungsarbeit motivierter und aufopferungsvoller Vereinsmitglieder wie Yvette Nguele wurde die Idee, den Verein gesetzlich anerkennen zu lassen, ohne große Schwierigkeiten akzeptiert. Damit begann ein langes gesetzliches Verfahren, das nach Bemühungen von Elvis Tchaptchet, Nathalie Iyabi, David Ngolle und anderen Vereinmitgliedern zum Erfolg führte.

Mit dem damaligen Vorstand und dessen sehr dynamischen Vorsitzenden William Sandjoh, der dem gemeinnützigen eingetragenen Verein neuen Schwung brachte, ging die Saga der CCG e.V. weiter.

Wir hoffen auf weiteren Erfolg der CCG e.V., mit dem Ziel, dass die von den o.g. Personen errichteten soliden Grundsteine für die jüngere Generation hilfreich sein werden.

Wir danken Ihnen dafür, dass Sie uns auf unserer Webseite besuchen und an unseren Veranstaltungen teilnehmen.

Die Redaktion

To top